lasauvage.jpg

Lasauvage

Lasauvage se trouve à proximité immédiate de la frontière francoluxembourgeoise, dans une vallée débouchant en territoire français.

Une légende raconte qu'une femme sauvage vivait dans une grotte dans la forêt.
Après sa mort, même le diable lui refusait l'entrée en enfer et la vielle est revenue hanter la vallée jusqu'à ce qu'un ermite pria pour la paix de son âme.

Dès 1623, un haut-fourneau et une martellerie furent installés à Lasauvage. Ce fut le début d'une vocation sidérurgique et minière qui allait durer 355 ans. La dernière mine à Lasauvage ferma en 1978.

Grâce au comte de Saintignon, qui dans l'esprit du romantisme du 19e siècle, a voulu transformer le petit village minier en une station thermale huppée, des habitations ouvrières modestes côtoient des bâtiments plus fastueux comme le balcon ou l'église du village qui est une réplique en miniature de la Sainte-Chapelle de Paris ainsi que le cimetière situé sur le territoire français avec sa chapelle funéraire néogothique, le tout présentant un certain charme désuet.

Lasauvage a été déclaré village-pilote pour le maintien et la restauration de l'habitat industriel puisqu'on peut y admirer énormément de vestiges du temps passé tels que les maisons ouvrières, le «balcon» et l'économat. Autour de la place Saintignon se rassemblent : l'école primaire du village, l'économat, le château de Saintignon rénové, qui abrite en dehors de logements, l'Espace muséologique de Lasauvage consacré à l'histoire du village et à la galerie Hondsbësch, mine dans laquelle un groupe de jeunes refractaires luxembourgeois a cherché refuge durant la Deuxième
Guerre mondiale.

«L'école nature» permet aux enfants des écoles primaires mais également de tout le pays de se familiariser avec la nature sous toutes ses facettes. Pour un séjour plus long, les classes peuvent réserver un gîte via le service culturel
au +352 584034-1.

Lasauvage est également une étape du train minier à voie étroite (Minièresbunn) et les visiteurs peuvent alors y accéder depuis le Fond-de-Gras. Sur le «Carreau de la mine», le point d'arrivée du train, les visiteurs pourront fréquenter en saison une exposition à la Salle des pendus, ancien vestiaire des mineurs, se restaurer au «Café Ka.Gi.Bi» , ancienne cantine des mineurs et visiter le Musée Eugène Pesch, réouvert en 2005, où ils pourront admirer une collection fort intéressante de minerais, de fossiles ainsi que des outils de mineurs.

Le Musée Eugène Pesch fonctionne en saison selon les horaires de la Minièresbunn mais peut également être visité sur rendezvous à tout moment de l'année.

Chaque année, le 30 avril, Lasauvage brille lors du «Nightshift». De nombreux concerts et autres animations sont proposés à la lumière des projecteurs.

Sur demande des visites guidées du musée ainsi que de tout le Parc industriel et ferroviaire, du Titelberg et de Lasauvage, peuvent être organisées toute l'année.

Auberge an der Schoul

auberge-lasauvage.jpg

C'est en 2010 que l'Auberge an der Schoul à Lasauvage a fait peau neuve et depuis lors elle n'accueille plus uniquement des classes scolaires, mais ouvre ses portes également au grand public, sans limite d'âge et avec tout une panoplie de services supplémentaires à offrir. L'auberge dispose de 5 chambres/dortoirs en tout, à savoir 2 chambres à 2 lits, 1 dortoir à 6 lits, 1 dortoir à 10 lits et 1 dortoir à 12 lits.

Informations et réservations: tél. 58 77 1 - 1913; Gsm 661 379 769; e-mail